Son Caractère

 

Dsc 0244

L'akita est un chien doué d'une grande intelligence et d'une capacité de raisonnement qui peut même déstabiliser ou surprendre ses maîtres (il prend ses décisions et agit en conséquence). Il est également très proche de sa famille, amical, doux, affectueux voire collant. A contrario ce chien peut ne montrer aucun intérêt envers des étrangers (dans la rue ou des invités à la maison), qu'il snobera sans état d'âme. L'akita est reconnu pour être un excellent chien de garde, qui n'aboie que lorsque c'est vraiment nécessaire.

 Contrairement à ce que son physique laisse supposer (ressemblance avec les nordiques : husky, malamute…), l'akita reste un chien très calme, bien qu'il apprécie les promenades journalières qui lui sont nécessaires pour s'épanouir et rester en forme. Pas question d'envisager courir le marathon avec lui, il n'aura pas l'endurance du husky. Mais il peut tout de même surprendre par sa vélocité sur quelques centaines de mètres (courses après un gibier par exemple). Son calme olympien est un leurre, il peut déployer une force fulgurante d'un seul coup.
Il est important de noter que sa morphologie ne le prédispose pas à la pratique du mushing, comme certains éleveurs peu scrupuleux laissent croire. Il est trop lourd pour cette activité qui pourrait lui causer de sérieuses blessures.

 L'akita sait aussi se faire discret si nécessaire, au restaurant par exemple. De plus, on peut le laisser seul à la maison un moment sans qu'il ne dévaste tout… Enfin, l'akita n'est pas réputé être un gros mangeur. Beaucoup de maitres s'inquiètent au début de ce manque d'appétit de leur compagnon.

 


L'akita, de prime abord craquant avec sa fourrure de nounours, ne convient pas à tout le monde. Il est souvent un chien réservé, indépendant, discret et a un fort caractère. Compte tenu de sa brillante intelligence, de son coté « chien-chat », son éducation peut se révéler très délicate : la recette d'une relation complice et équilibrée avec son akita se résume selon les experts en l'expression « une main de fer dans un gant de velours ». En effet, il faut être ferme mais sans jamais utiliser la violence ou la contrainte qui peuvent conduire à bloquer le chien et le rendre agressif. On ne dresse pas un akita.
Le deuxième inconvénient majeur de cette race est qu'elle est très dominante avec ses congénères du même sexe, ainsi une cohabitation est difficile voire impossible. Certains diront qu'il existe des cas de personnes ayant réussi à faire cohabiter deux mâles ou deux femelles (akita/akita ou akita/autres races) ensemble, mais sur le nombre de maîtres qui ont tenté l'expérience, la fin s'est beaucoup trop souvent révélée tragique... Soulignons qu'il peut même être parfois difficile de faire cohabiter un mâle avec une femelle... 

Sociabiliser le chiot un maximum est primordial mais ne garantira en rien le caractère du chien une fois adulte. Même en ayant participé à des cours de babyschool et d'éducation tout jeune, dans lesquels il évoluera sans heurt au milieu d'autres chiens, à l'adolescence (10/12 mois) un akita change de comportement et peut en arriver à ne plus supporter la présence de ses congénères. En revanche, l'akita inu étant lui même un chat-chien, cela doit participer à la bonne entente qui règne facilement entre lui et les félins.

 L'akita n'est pas un fugueur, mais son côté indépendant, et un mauvais rappel peuvent amener l'akita à faire sa vie, et à se balader seul ; il faut donc être très vigilant. Le rappel doit être appris dès le plus jeune âge. Cet ordre, l'un des plus durs à assimiler pour un akita, ne devra jamais être considéré comme acquis. Il faut le travailler régulièrement.
Enfin le dernier point qui peut être considéré comme un défaut : la mue… impressionnante : deux fois par an, l'akita se déshabille entièrement.

 

 

Son niveau d'activité

daika-2-mois-et-demi-016-2.jpg

Souvent pantouflard jusqu'à être réticent à sortir par jour de pluie, ce chien s'habitue très bien au rythme de vie de son maître, avec un niveau d'activité en dessous de la moyenne. Il aime les promenades, mais n'est pas un grand sportif, surtout en ce qui concerne les modèles les plus lourds.
C'est un chien qui a du mal à sauter, mais il est agile et sait mieux escalader que sauter. Cela est dû à ses postérieurs peu angulés, et bien souvent il ne tirera même pas beaucoup en laisse. C'est en moyenne le plus calme et posé des spitz du Japon, en tenant compte de différences individuelles et de lignées. Ce chien a tout de même besoin d'exercice mental et physique.

Derrière un concentré assez impressionnant de qualités se cache un caractère bien trempé et très dominant, ce qui n'est pas vraiment un défaut.

Mais cela le met hors de portée de beaucoup d'acquéreurs, qui pourraient être séduit par cette peluche vivante d'une intelligence rare.

Il n'a ni la docilité d'un berger, ni l'envie d'apprendre du caniche. C'est plutôt un chien-chat, jamais servile.

Digne de confiance, calme, fidèle, réceptif, protecteur fait de lui un bon chien de garde.

Petit résumé du caractère de L'akita en vidéo